Les néphropathies

L’importance des maladies héréditaires chez les espèces canines et félines est aujourd’hui tout à fait reconnue au sein de la profession vétérinaire. La sélection génétique réalisée sur les carnivores domestiques, et tout particulièrement sur le chien, a permis de créer une incroyable diversité de races se définissant chacune par des caractères morphologiques propres. Cette sélection stricte a cependant souvent mené à la conservation de caractères non souhaités. Des maladies héréditaires font désormais partie du patrimoine génétique de nombreuses races.

 

Les maladies héréditaires sont aujourd’hui de mieux en mieux appréhendées en médecine vétérinaire du fait de l’évolution des connaissances sur le génome du chien et du chat et du développement de méthodes de génétique moléculaire avancées permettant entre autres l’étude et l’identification des mutations responsables de ces maladies. C’est à partir de ces découvertes que des tests génétiques peuvent être mis en place, permettant de connaître le statut d’un animal pour une maladie héréditaire. Ces tests représentent pour le vétérinaire praticien un outil supplémentaire de diagnostic et de dépistage des maladies héréditaires et sont essentiels pour adapter au mieux la conduite d’élevage afin de prévenir la production d’animaux malades et espérer aboutir à terme à l’éradication des maladies pour chacune des races concernées.


De nombreuses néphropathies héréditaires ont été décrites chez le chien et le chat et les progrès en génétique de ces dernières années ont permis pour certaines d’entre elles de mieux appréhender leur mode de transmission, leur pathogénie voire de connaître la mutation responsable de la maladie. Ces néphropathies héréditaires sont de nature très diverses (glomérulopathie, anomalie de développement, tubulopathie, urolithiase,...) et se caractérisent le plus souvent par une insuffisance rénale chronique qui apparait chez les animaux à un jeune âge. Si leur sévérité et leur mode de progression est variable, ces maladies sont pour la plupart fatales, soulignant l’importance et la nécessité de leur éradication. Le vétérinaire praticien a alors un rôle capital de conseil et doit encourager leur dépistage chez les races à risque.
Ce travail réalise une synthèse des connaissances acquises sur les néphropathies du chien et du chat pour lesquelles une origine héréditaire a pu être démontrée ou fortement suspectée. Il propose une aide pour le vétérinaire praticien concernant les particularités de ces maladies, les races prédisposées, les mutations responsables lorsqu’elles ont pu être mises en évidence et les tests ADN disponibles.

 


Après une présentation générale concernant l’anatomie, la biologie du rein et les maladies héréditaires, ce travail s’intéresse dans un premier temps aux néphropathies héréditaires décrites chez le chat puis à celles décrites dans l’espèce canine avant de conclure par un tableau récapitulatif de toutes ces maladies précisant la ou les races concernées, le mode de transmission, le gène porteur de la mutation et s’il existe le test génétique.

Accès à la thèse complète 

(Thèse vétérinaire)